Aller au contenu principal

egal.fr

 banniére

Lutte contre le racisme

Mission d’information sur l’émergence et l’évolution des différentes formes de racisme et les réponses à y apporter

Vendredi, 11 Septembre, 2020
Logo
Audition, ouverte à la presse, de M. Samuel Thomas, délégué général de la Fédération nationale des maisons des potes, président de la Maison des potes-maison de l’égalité, ancien vice-président de SOS Racisme.

La mission d’information procède à l’audition, ouverte à la presse, de M. Samuel Thomas, délégué général de la Fédération nationale des maisons des potes, président de la Maison des potes-maison de l’égalité, ancien vice-président de SOS Racisme

 

La séance est ouverte à 16 heures 45.

Marianne voilée : le directeur de «Valeurs actuelles» condamné à 2 000 euros d'amende

Mardi, 3 Février, 2015
Logo

Yves de Kerdrel a été condamné pour provocation à la discrimination envers les musulmans.

Le directeur de la publication de l’hebdomadaire Valeurs actuelles, Yves de Kerdrel, a été condamné mardi à 2 000 euros d’amende pour provocation à la discrimination envers les musulmans, pour une couverture présentant une Marianne voilée.

Mosquée occupée, "liberté d’expression outrepassée"

Vendredi, 8 Décembre, 2017
Logo

Poitiers. La justice a condamné, hier, Génération identitaire et cinq de ses militants pour les slogans et les dégradations commises sur le toit de la mosquée.

Liberté d’expression.

Racisme Une enquête met en cause les employeurs français

Jeudi, 15 Mars, 2007
Logo

« Près de quatre fois sur cinq », un employeur français préfère embaucher un candidat « d’origine hexagonale ancienne » plutôt qu’un autre d’origine maghrébine ou noire africaine, indique une enquête par testing du Bureau international du travail (BIT), publiée hier. « Les employeurs testés ont très nettement discriminé les candidats minoritaires (d’origine maghrébine ou noire africaine) et seulement 11 % des employeurs ont respecté tout au long du processus de recrutement une égalité de traitement entre les deux candidats », écrit le BIT dans cette enquête financée par le ministère français de l’Emploi, entre fin 2005 et mi-2006.

 Le plus souvent, la discrimination est constatée avant même que les employeurs ne se soient donné la peine de recevoir les deux testeurs. Formes sournoises Le BIT livre un petit florilège des discriminations, allant du mensonge basique («le poste est déjà pourvu ») à la réponse embrouillée («rappelez-moi en fin de semaine, on est quel jour ? On est vendredi… Euh oui donc, rappelez moi la semaine prochaine pour voir s’il y a du changement.

Une gérante d'agence immobilière condamnée pour discrimination raciale

Samedi, 5 Juillet, 2008
Logo

Une gérante d'agence immobilière a été condamnée, vendredi par la Cour d'appel de Paris, à une amende ferme de 5.000 euros pour complicité de discrimination au logement, rapporte samedi le journal "Le Parisien". En première instance, le tribunal correctionnel de Paris l'avait condamnée à 8.000 euros d'amende, mais celle-ci a été assortie de sursis, rappelle le quotidien.

 L'association SOS Racisme avait déposé plainte après avoir été alertée par un salarié de l'agence, qui dénonçait l'existence d'un listing interne accolant des mentions discriminatoires à la mise en location d'appartement du genre "pas d'étudiants et pas de gens de couleur" ou "le propriétaire ne veut pas louer à des immigrés". La Cour d'appel de Paris a jugé que même si les propriétaires sont les principaux auteurs de ces discriminations, la gérante de l'agence est bien à l'origine de cinq mentions discriminatoires portées pour des appartements à Paris et en banlieue sur des li

SOS Racisme : 72 h d'Etats généraux

Mercredi, 1 Novembre, 2006
Logo

Un an après les émeutes de novembre 2005, l'association SOS Racisme lançait vendredi 27 octobre à Paris ses "Etats généraux des quartiers pour l'égalité", organisés jusqu'à dimanche. Plusieurs événements étaient prévus sur les trois jours.SOS Racisme devait mettre en scène un "procès théâtral des pouvoirs publics", au cours duquel des comédiens figurant des organismes publics tels que les organismes HLM, l'éducation nationale, les entreprises publiques, la police, la justice et les transports publics devaient répondre d'accusations comme "ségrégation urbaine et discrimination au logement", ou encore se justifier de la mise sur pied de "ZEP supercherie avec professeurs débutants".

 "Pas de quartier" SOS Racisme a par ailleurs exprimé le souhait de "donner la parole à ceux qui travaillent et vivent tous les jours dans les quartiers". Ont été ainsi organisés samedi des débats et des ateliers de réflexion. Les Etats généraux se termineront par un spectacle de la troupe de danseurs, slammeurs, rappeurs et beat-boxeurs "Pas de quartier".

SOS Racisme en cassation

Mercredi, 27 Février, 2002
Logo

le 11 avril 98, « Sud Ouest » révèle aux Rochelais l'existence d'un fichier départemental de « personnes fragilisées » pour l'obtention de logements à la société de HLM du Foyer de la Charente-Maritime. Fichier dans lequel est prise en compte l'origine de la personne (pays de naissance) et qui permettait de trier les clients sur le volet... Première conséquence du scandale : Marc de Lacoste-Lareymondie, directeur de la société HLM et Jean-Paul Charbonneau, son responsable clientèle étaient licenciés, le premier dirigeant désormais une société équivalente à Toulon, ville tenue par le Front national. S'en suivit une longue procédure au conseil des prud'hommes pour déterminer l'opportunité du licenciement. NULLITÉ DE PROCÉDURE Deuxième conséquence : l'association SOS Racisme portait plainte devant le procureur et contre les deux ex-dirigeants pour discrimination raciale.

FICHIERS DU FOYER HLM L'appel déposé par SOS Racisme en réponse au non-lieu prononcé dans l'affaire du fichier sélectif du Foyer de la Charente-Maritime a été rejeté à Poitiers Samuel Thomas, le vice-président national de SOS Racisme a fait de La Rochelle un cas d'école : « Dans ce type d'affaires de discrimination, on a systématiquement classement sans suite pour faute de preuves. Mais là, on a des preuves : les écrits de Jean Paul Charbonneau. Ce serait trop bête qu'on n'obtienne pas gain de cause pour une question de forme.

Condamnation pour discrimination raciale

Mardi, 8 Juin, 2004
Logo

SOS Racisme est satisfait Le montant de ces dommages et intérêts a été maintenu par la cour d'appel en dépit du souhait de l'association qui demandait leur augmentation car, selon elle, "le préjudice de Fatima Saadi n'avait pas été exactement apprécié" par le tribunal. SOS Racisme s'est cependant satisfait de cet arrêt dans lequel elle voit une nouvelle validation du "testing". Selon Samuel Thomas, son vice-président, c'est la troisième fois qu'une juridiction reconnaît cette méthode

L a cour d'appel de Paris a confirmé lundi 7 juin la condamnation à une peine d'un mois de prison avec sursis de la gérante d'un institut de beauté parisien qui avait refusé d'embaucher une femme noire en raison de la couleur de sa peau.Marie-Odile Dossot, 49 ans, gérante d'un salon Physiomins dans le 12ème arrondissement de Paris, a été reconnue coupable pour la deuxième fois d'avoir déclaré à Fatima Saadi lors de son entretien d'embauche que sa couleur de peau était un obstacle à son recrutement. Outre un mois de prison avec sursis, Mme Dossot avait été condamnée en première

Les Potes à Toulouse

Jeudi, 21 Novembre, 2019
Logo
Nous avons listé dix-sept demandes, précise Samuel Thomas, délégué général de la Fédération Nationale de la Maison des Potes.

Après Montpellier et Béziers, la Maison des Potes est passée par Toulouse.

Après Montpellier et Béziers, la Maison des Potes est passée par Toulouse. Cette structure qui lutte contre le racisme et les discriminations, est allée à la rencontre de différentes associations, (Partage Faourette, Droit au logement) et de figures politiques (Nadia Pellefigue et EELV), présenter une liste de revendications, qu'elle aimerait voir figurer dans le programme municipal pour 2020. «Nous avons listé dix-sept demandes, précise Samuel Thomas, délégué général de la Fédération Nationale de la Maison des Potes.

La marche des « potes » contre le racisme s’est arrêtée à Hayange

Mercredi, 4 Décembre, 2019
Logo
« Nous voulons réaffirmer les valeurs de la République »

Après Beaucaire, Fréjus et Béziers et avant Henin-Beaumont, la marche « pour l’égalité et contre le racisme » a fait étape à Hayange lundi soir. Une délégation de la Fédération nationale des Maisons des potes s’est arrêtée symboliquement devant l’hôtel de Ville, sur les coups de 18 h pour y déployer une banderole. 

Après Beaucaire, Fréjus et Béziers et avant Henin-Beaumont, la marche « pour l’égalité et contre le racisme » a fait étape à Hayange lundi soir. Une délégation de la Fédération nationale des Maisons des potes s’est arrêtée symboliquement devant l’hôtel de Ville, sur les coups de 18 h pour y déployer une banderole. Cette halte à Hayange s’inscrit dans un tour de France qui comprend trente-deux villes-étapes. Parmi elles, celles qui ont à leur tête un maire du Rassemblement National.

Syndiquer le contenu